A conversation with Dr Willie Soon

a-dr-willie-soon-gc-article-11  Dr Willie Soon is an independent solar physicist at the Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, who has been studying the Sun and its influence on the Earth’s climate for more than a quarter of a century. A short while ago, he had a conversation with Mr Grégoire Canlorbe, an independent journalist who is also the vice president of the French Parti National-Libéral, (“National-Liberal Party,” conservative, nationalist, and free-marketist). Here Dr Soon speaks for himself.

  The conversation is to be co-published by Friends of Science, Heartland Institute, and ECN.

Polar bears – the poster-child of climate panic

  Canlorbe: You say polar bears are far less endangered by global warming than by environmentalists dreading ice melt. Could you expand?

  Dr Soon: Yes, indeed. I have argued that too much ice will be the ultimate enemy for polar bears. Polar bears need less sea ice to be well fed and to reproduce. Why? Think about this for a minute: Polar bears eat a lot. Any large colony will need a great deal of food. The bears’ staple diet is seal blubber. But seals are a long way up the food chain. So a fully functional and healthy eco-system is required. And that means oceans warm enough to support the lower links in the food chain from plankton all the way up to seals.

Continuer la lecture de « A conversation with Dr Willie Soon »

Une conversation avec Renaud Camus, pour Dreuz.info

  Cet entretien a été initialement publié par Dreuz.info, le 3 avril 2018.

1bf3ea72138798d095d70c5b2466cc3d_400x400  Renaud Camus est un écrivain et militant politique français. C’est dans l’Abécédaire de l’in-nocence que Renaud Camus introduit, en 2010, l’expression du « grand remplacement », qui a été maintes fois reprise et commentée depuis lors. Il préside le Conseil National de la Résistance Européenne, qu’il a fondé en 2017.

  Grégoire Canlorbe : Vous affirmez contre vents et marées le « grand remplacement » de la population de souche française et européenne. Pourriez-vous nous rappeler ce qui motive ce diagnostic ?

  Renaud Camus : Le regard. L’expérience quotidienne. Le chagrin.

  Grégoire Canlorbe : Le remplacisme constitue, dites-vous, l’idéologie de la superclasse mondiale. Voyez-vous en Emmanuel Macron, dont le « remplacisme » ne pose pas question, un agent de la superclasse mondiale ?

  Renaud Camus : Ah oui, par excellence : le meilleur. C’est l’homme de Davos. D’ailleurs il instaure à grandes enjambées ce que j’appelle la « davocratie directe », la gestion directe du parc humain par les banques, par la finance hors-sol, par les multinationales. Il n’est pour s’en convaincre que d’observer la neutralisation systématique et précipitée à laquelle il se livre de la strate politique intermédiaire : renvoi dans leurs foyers de toutes les personnalités politiques françaises qui ont tenu le devant de la scène depuis trente ans, gouvernement de seconds couteaux, majorité parlementaire de fantoches hébétés, réduction constante des avantages de la carrière politique, interdiction des doubles mandats, limitation du nombre de mandats dans le temps, réduction du droit d’amendement, asséchement pécuniaire de tous les pouvoirs locaux, privatisations accélérées, liquidation du service public, braderie du patrimoine national, on n’en finirait pas. L’État est détruit pierre à pierre au bénéfice des grands investisseurs.

Continuer la lecture de « Une conversation avec Renaud Camus, pour Dreuz.info »

A conversation with Patrick Moore, for the « Association des climato-réalistes »

cropped-patrick-header  Patrick Moore is a Canadian activist, and former president of Greenpeace Canada. Since leaving Greenpeace, which he helped  to found, Moore has criticized the environmental movement for what he sees as scare tactics and disinformation, saying that the environmental movement “abandoned science and logic in favor of emotion and sensationalism.” He has sharply and publicly differed with many policies of major environmental groups, including Greenpeace itself on other issues including forestry, biotechnology, aquaculture, and the use of chemicals for many applications.

  Mr. Moore had a conversation with Grégoire Canlorbe, an independent journalist, during his stay in Paris in December 2017 for the climate-realist conference day. The interview was conducted on behalf of the French “Association des climato-réalistes,” the only climate-realist organization in France. It was notably reprinted on Watts Up With That.

  Grégoire Canlorbe: The beliefs and values of an individual generally reach such a degree of interdependence (regardless of the poorly or rigorously logical character of this interconnection) that challenging a particular aspect of his worldview sets the whole edifice in motion, and not just that particular belief or value. When you finally decided to distance yourself from Greenpeace, how much had you been evolving in your personal philosophy?

  Patrick Moore: Well, I have to say even at the beginning of Greenpeace, I didn’t share all the same values and opinions of my comrades. I was doing a PhD in ecology, so I was involved in a science education and, although there were a few people in the original group who had some science education, in the end, science was lost altogether in the Greenpeace evolution, to where during my last 6 years as a director of Greenpeace International, none of my fellow directors had any formal science education. In the beginning, we had a very strong humanitarian orientation to save human civilization from all-out nuclear war.

Continuer la lecture de « A conversation with Patrick Moore, for the « Association des climato-réalistes » »

A conversation with Deepak Lal, for Man and the Economy

  This interview will be published in the December 2018 issue of Man and the Economy journal, founded by Nobel Prize winning economist Ronald Coase.

Lal  Deepak Lal is the James S. Coleman Professor Emeritus of International Development Studies at the University of California at Los Angeles, professor emeritus of political economy at University College London, and a senior fellow at the Cato Institute. He was a member of the Indian Foreign Service (1963-66) and has served as a consultant to the Indian Planning Commission, the World Bank, the Organization for Economic Cooperation and Development, various UN agencies, South Korea, and Sri Lanka. From 1984 to 1987 he was research administrator at the World Bank.

  Lal is the author of a number of books, including The Poverty of Development Economics; The Hindu Equilibrium; Against Dirigisme; The Political Economy of Poverty, Equity and Growth; Unintended Consequences: The Impact of Factor Endowments, Culture, and Politics on Long-Run Economic Performance; and Reviving the Invisible Hand: The Case for Classical Liberalism in the 21st Century.

  Grégoire Canlorbe: From Gandhi’s point of view, in substance, Varanashram (caste system) is inherent in human nature and it was solely given a scientific expression through Hinduism. Similarly, can one contend that utility maximization and rational calculus are innate human traits that capitalism turned into a science?

  Deepak Lal: As I have shown in The Hindu Equilibrium, the caste system, far from being timeless and “inherent in human nature,” most likely arose as the Aryan response to the problem of securing a stable labor supply for the relatively labor-intensive agriculture they came to practice in the Indo-Gangetic plan. Given the ecological circumstances of this large plain (once the primeval forests had been cleared during the Aryan advance), and the primitive forms of transport then available, a major constraint on achieving a political solution for the provision of a stable labor supply, was the endemic political instability among the numerous feuding monarchies.

Continuer la lecture de « A conversation with Deepak Lal, for Man and the Economy »

Interview with István Markó, for Breitbart News Network — unabridged version

  This interview was published by Breitbart News Network, in an edited version, on 28 October 2017. Here is the complete version, which was also published by Watts Up With That, the world’s most viewed site on global warming and climate change.

20604491_527762360889101_3787449182197163589_n  István Markó (1956 – 2017) was a professor and researcher in organic chemistry at the Université catholique de Louvain. Prof. Dr. Marko was an outspoken defender of the skeptical view on the issue of human-caused/anthropogenic global warming, appearing in numerous French-language media on the Internet, in public debates and diverse English-language blog postings. He also joined with Anglo-Saxon climate skeptics, publishing several articles together on Breitbart News.

  Grégoire Canlorbe: Climate activism is thought of as Marxism’s Trojan horse, a way for its followers to proceed with their face masked, in the never-ending holy war that Marxism claims will be necessary to establish communist totalitarianism. Yet it was actually Margaret Thatcher, the muse of conservative libertarianism, who kick-started the IPCC. How do you make sense of this?

  István Markó: More precisely, Margaret Thatcher, although a trained chemist and therefore aware of the mendacious character of such an allegation about carbon dioxide (CO2), was the first proponent to use the excuse of climate implications posed by CO2 to achieve her political ends. At the time, that is, in the mid-1980s, Thatcher was waging war with the almighty coal union. In those days, the UK coal unions were remunerating themselves with public monies and by lobbying via the Labour Party had managed to pass an enormous number of laws and subsidies to keep an industry afloat that was no longer profitable on its own.

Continuer la lecture de « Interview with István Markó, for Breitbart News Network — unabridged version »

Interview with Tsutomu Hashimoto, for the review « Arguments »

  This interview was published by the review « Arguments, » in their October 2017 issue

139205802_624  Tsutomu Hashimoto is a Professor of Economics at Hokkaido University in Japan, obtained a Ph.D. at Tokyo University, and published various books on liberalism and philosophy of economics in Japanese. He was a visiting researcher at New York University from 2000 to 2002 and at Aix-Marseille University in 2016. Contact: hasimoto@econ.hokudai,ac,jp

  Grégoire Canlorbe: Among the major quests of your lifetime, one project that is dear to your heart consists in constructing an original theory of liberalism from the angle of a “philosophical anthropology of the social sciences.” Could you develop the origin of this vocation and the present lines of force of your perspective?

  Tsutomu Hashimoto: So far, I have published nine and edited five books in Japanese, all related to the theme of liberalism. You mention “philosophical anthropology of social sciences,” which is actually the title of my second book. In this book, I developed my philosophical foundation of liberalism, focusing on the concept of “person” in the context of philosophical anthropology since Max Scheler (1874–1928).

Continuer la lecture de « Interview with Tsutomu Hashimoto, for the review « Arguments » »

Entretien avec Bertrand Lemennicier, pour la revue « Arguments », édition juin 2017

 Cet entretien a été initialement publié par la revue « Arguments », dans leur édition de juillet 2017

14980562_1417909031555082_2040157926327501169_n  Bertrand Lemennicier est Professeur émérite d’économie à l’Université de Paris II Panthéon-Assas. Il est membre du Centre de Recherche en Economie et Droit (C.R.E.D.) de Paris II et Research Fellow à l’International Center for Economic Research (I.C.E.R.) Turin. Il est aussi membre de l’American Economic Association et de la prestigieuse Mont Pèlerin Society.

  Il est l’auteur de nombreux articles dans des revues académiques et de plusieurs ouvrages dont le marché du mariage et de la famille (Presse Universitaires de France, PUF 1988)), Economie du droit (Editions Cujas 1991), la morale face à l’économie (Editions Organisation 2005), d’un manuel d’e-learning intitulé Microéconomie : théorie et applications (http://lemennicier.bwm-mediasoft.com/ 2000-2012), de L’art de l’Argumentation : Guide pour Intellectuels Subversifs, Contemporary Bookstore. édition des auteurs, 2015.

  Ses deux derniers livres sont respectivement : Les mythes de l’insécurité routière (Ovadia, Libre-échange Habeas Corpus, 2016) et Privatisons la Justice : Une solution radicale à une institution judiciaire injuste et inefficace à paraître (Ovadia, 2017).

  Grégoire Canlorbe : On entend souvent dire, de la part des libéraux et libertariens, qu’ils se tiennent à l’écart de toute prétention « constructiviste » ou « collectiviste ». Mais promouvoir un type de société donné, par la persuasion ou la force, étant un projet collectiviste au sens large, dans quelle mesure le fait de promouvoir une société libérale est-il alors compatible avec une logique libérale au sens strict ?

  Bertrand Lemennicier : Promouvoir une société libérale (ou une société planificatrice) par la persuasion n’est pas identique à la promouvoir par la force. La persuasion n’implique pas « a priori » une violation de la propriété de soi[1]. Persuader autrui de ne pas voter diffère de l’empêcher de voter en usant de la violence. La confusion vient du processus par lequel ce projet d’une société libérale (ou d’une société planificatrice) est imposé à l’ensemble des citoyens. Par exemple, dans le cadre d’institutions démocratiques, il faut persuader l’électeur médian d’adopter un projet d’une transition vers une société libérale.

Continuer la lecture de « Entretien avec Bertrand Lemennicier, pour la revue « Arguments », édition juin 2017 »

Entretien avec Henri Lepage, pour la revue « Arguments », édition hiver 2016

  Cet entretien a été initialement publié par la revue « Arguments », dans son édition de l’hiver 2016.

photo  Henri Lepage est économiste, connu pour ses livres Demain le Capitalisme (1978), Demain le libéralisme (1980), Pourquoi la propriété (1985) et La nouvelle économie industrielle (1989) publiés chez Hachette, collection Pluriel.

  Grégoire Canlorbe : Votre ambition dans les divers essais que vous avez écrits au cours de votre carrière, a été notamment de montrer que le libéralisme, comme idéologie prétendant régir la vie en société, se fonde sur des arguments proprement scientifiques, dont la plupart ont été conçus au XXème siècle. Ce projet est particulièrement net dès vos trois premiers ouvrages Demain le capitalisme, Autogestion et capitalisme, et enfin Demain le libéralisme, parus au tournant des années 1970 et 1980.

  Henri Lepage : Mon ambition, quand j’ai écrit ces livres, n’était pas exactement celle que vous décrivez. Elle était beaucoup plus modeste. C’était celle d’un journaliste économique, dont le sujet n’était pas seulement de tenir la chronique de l’actualité économique du jour, mais qui s’intéressait aussi et beaucoup à l’évolution des idées, en particulier dans les milieux universitaires. C’est ainsi qu’à l’époque où j’étais à la revue Entreprise, je m’étais notamment fait connaître par une série d’interviews demandant à de jeunes professeurs ou chercheurs de talent de m’expliquer en termes suffisamment simples ce qu’il y avait de neuf en matière de théorie économique. Dans ces temps-là (début des années 1970) ce genre de reportage n’était pas très courant.

Continuer la lecture de « Entretien avec Henri Lepage, pour la revue « Arguments », édition hiver 2016 »

Entrevue avec Henry de Lesquen, pour Institut Coppet

  Cette entrevue a été initialement publiée sur le site web de l’Institut Coppet, le 18 avril 2017.

lCo9oYbl  Henry de Lesquen est un haut fonctionnaire, homme politique, dirigeant de radio, et essayiste français. Il poursuit de 1974 à 2013 une carrière d’administrateur civil. Président du Club, puis Carrefour de l’Horloge depuis 1985, il a pris la tête de Radio Courtoisie en 200. Il est par ailleurs conseiller municipal de Versailles de 2001 à 2014. Se réclamant du national-libéralisme, il a toujours été classé « divers droite » dans les scrutins auxquels il a participé. En 2015, il a annoncé vouloir être candidat à l’élection présidentielle de 2017, mais s’est finalement retiré en faveur de François Fillon, « seul capable de faire barrage à la gauche ».

Continuer la lecture de « Entrevue avec Henry de Lesquen, pour Institut Coppet »

Entretien avec Guy Millière, pour Dreuz

Cet entretien est paru sur Dreuz.info le 18 juin 2017.

Guy_Milliere  Guy Millière, (spécialisation : économie, géopolitique), est titulaire de trois doctorats, et professeur à l’Université Paris VIII Histoire des cultures, Philosophie du droit, Economie de la communication et Maître de conférences à Sciences Po, ainsi que professeur invité aux Etats-Unis. Il collabore à de nombreux think tanks aux Etats-Unis et en France.

  Expert auprès de l’Union Européenne en bioéthique ; conférencier pour la Banque de France ; ancien visiting Professor à la California State University, Long Beach ; traducteur et adaptateur en langue française pour le site DanielPipes.org ; éditorialiste à la Metula News Agency, Israël Magazine, Frontpage Magazine, upjf.org ; membre du comité de rédaction d’Outre-terre, revue de géopolitique dirigée par Michel Korinman ; rédacteur en chef de la revue Liberalia de 1989 à 1992, il a participé aux travaux de l’American Entreprise Institute et de l’Hoover Institution.

  Il a été conférencier pour la Banque de France ; il a participé à l’édition d’ouvrages libéraux contemporains comme La constitution de la liberté de Friedrich Hayek en 1994 dans la collection Liberalia, puis dans la collection « Au service de la liberté » qu’il a créée aux éditions Cheminements en 2007. Il a été vice-président de l’Institut de l’Europe libre ainsi que Président et membre du conseil scientifique de l’Institut Turgot. Il fait partie du comité directeur de l’Alliance France-Israël présidée par Gilles-William Goldnadel. Il est l’auteur de plus d’une vingtaine d’ouvrages.

Continuer la lecture de « Entretien avec Guy Millière, pour Dreuz »