Une conversation avec Olivier Piacentini, pour Suavelos

vignette-zoom-2017-01-23  Olivier Piacentini est depuis 17 ans le directeur d’un cabinet de conseil spécialisé dans la création d’entreprises, mais aussi essayiste prolifique et politologue, souvent invité dans des émissions radiophoniques et télévisées. Cette conversation avec Grégoire Canlorbe, Vice Président du Parti National-Libéral, a eu lieu à Paris en avril 2018.

  Grégoire Canlorbe : Pourriez-vous commencer par nous parler de votre proximité vis-à-vis des « jeunes de quartier » qui se lancent dans la création d’entreprise – et doivent endurer l’oppression des taxes et du code du travail ? Jusqu’à quel point vos essais sur la France, le déclin, et la mondialisation empruntent-ils à cette expérience de terrain ?

  Olivier Piacentini : Je dirige depuis 17 ans un cabinet de conseil spécialisé dans l’assistance aux créateurs d’entreprises. Situé dans le département de Seine Saint Denis (le fameux 9-3), je suis amené à travailler souvent avec des jeunes de banlieue, dont certains ont eu un parcours chaotique, parfois même la délinquance, avant de se ranger et de vouloir créer leur propre emploi. C’est là que l’incohérence, voire l’injustice, du système Français saute aux yeux : auparavant dans l’oisiveté, l’échec, ou l’illégalité, ces jeunes se trouvaient excusés par un système judiciaire laxiste, victimisés par les discours des assistantes sociales, des avocats etc. Pour ceux qui décident de sortir de l’ornière, la surprise est grande de constater qu’à peine les statuts de la société déposés au greffe, ils passent sans transition de l’autre côté de la barrière : de victimes, ils deviennent des patrons, donc des exploiteurs, des profiteurs, et ne bénéficient plus de l’assistance des pouvoirs publics, mais subissent, au même titre que tous les autres indépendants, l’oppression fiscale et réglementaire qui finit par en décourager bon nombre. Continuer la lecture de « Une conversation avec Olivier Piacentini, pour Suavelos »

A conversation with Dr Willie Soon

a-dr-willie-soon-gc-article-11  Dr Willie Soon is an independent solar physicist at the Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, who has been studying the Sun and its influence on the Earth’s climate for more than a quarter of a century. A short while ago, he had a conversation with Mr Grégoire Canlorbe, an independent journalist who is also the vice president of the French Parti National-Libéral, (“National-Liberal Party,” conservative, nationalist, and free-marketist). Here Dr Soon speaks for himself.

  The conversation was co-published by Friends of Science, Heartland Institute, or Watts Up With That.

Polar bears – the poster-child of climate panic

  Canlorbe: You say polar bears are far less endangered by global warming than by environmentalists dreading ice melt. Could you expand?

  Dr Soon: Yes, indeed. I have argued that too much ice will be the ultimate enemy for polar bears. Polar bears need less sea ice to be well fed and to reproduce. Why? Think about this for a minute: Polar bears eat a lot. Any large colony will need a great deal of food. The bears’ staple diet is seal blubber. But seals are a long way up the food chain. So a fully functional and healthy eco-system is required. And that means oceans warm enough to support the lower links in the food chain from plankton all the way up to seals.

Continuer la lecture de « A conversation with Dr Willie Soon »

Interview with István Markó, for Breitbart News Network — unabridged version

  This interview was published by Breitbart News Network, in an edited version, on 28 October 2017. Here is the complete version, which was also published by Watts Up With That, the world’s most viewed site on global warming and climate change.

20604491_527762360889101_3787449182197163589_n  István Markó (1956 – 2017) was a professor and researcher in organic chemistry at the Université catholique de Louvain. Prof. Dr. Marko was an outspoken defender of the skeptical view on the issue of human-caused/anthropogenic global warming, appearing in numerous French-language media on the Internet, in public debates and diverse English-language blog postings. He also joined with Anglo-Saxon climate skeptics, publishing several articles together on Breitbart News.

  Grégoire Canlorbe: Climate activism is thought of as Marxism’s Trojan horse, a way for its followers to proceed with their face masked, in the never-ending holy war that Marxism claims will be necessary to establish communist totalitarianism. Yet it was actually Margaret Thatcher, the muse of conservative libertarianism, who kick-started the IPCC. How do you make sense of this?

  István Markó: More precisely, Margaret Thatcher, although a trained chemist and therefore aware of the mendacious character of such an allegation about carbon dioxide (CO2), was the first proponent to use the excuse of climate implications posed by CO2 to achieve her political ends. At the time, that is, in the mid-1980s, Thatcher was waging war with the almighty coal union. In those days, the UK coal unions were remunerating themselves with public monies and by lobbying via the Labour Party had managed to pass an enormous number of laws and subsidies to keep an industry afloat that was no longer profitable on its own.

Continuer la lecture de « Interview with István Markó, for Breitbart News Network — unabridged version »

Entretien avec Guy Millière, pour Dreuz

Cet entretien est paru sur Dreuz.info le 18 juin 2017.

Guy_Milliere  Guy Millière, (spécialisation : économie, géopolitique), est titulaire de trois doctorats, et professeur à l’Université Paris VIII Histoire des cultures, Philosophie du droit, Economie de la communication et Maître de conférences à Sciences Po, ainsi que professeur invité aux Etats-Unis. Il collabore à de nombreux think tanks aux Etats-Unis et en France.

  Expert auprès de l’Union Européenne en bioéthique ; conférencier pour la Banque de France ; ancien visiting Professor à la California State University, Long Beach ; traducteur et adaptateur en langue française pour le site DanielPipes.org ; éditorialiste à la Metula News Agency, Israël Magazine, Frontpage Magazine, upjf.org ; membre du comité de rédaction d’Outre-terre, revue de géopolitique dirigée par Michel Korinman ; rédacteur en chef de la revue Liberalia de 1989 à 1992, il a participé aux travaux de l’American Entreprise Institute et de l’Hoover Institution.

  Il a été conférencier pour la Banque de France ; il a participé à l’édition d’ouvrages libéraux contemporains comme La constitution de la liberté de Friedrich Hayek en 1994 dans la collection Liberalia, puis dans la collection « Au service de la liberté » qu’il a créée aux éditions Cheminements en 2007. Il a été vice-président de l’Institut de l’Europe libre ainsi que Président et membre du conseil scientifique de l’Institut Turgot. Il fait partie du comité directeur de l’Alliance France-Israël présidée par Gilles-William Goldnadel. Il est l’auteur de plus d’une vingtaine d’ouvrages.

Continuer la lecture de « Entretien avec Guy Millière, pour Dreuz »

Entretien avec Pierre Bergé, pour la revue « Arguments »

  Cet entretien a été initialement publié par la revue « Arguments », fin mars 2017.

  Pierre Bergé est un entrepreneur en confection de luxe, essayiste, et mécène français. Compagnon d’Yves Saint Laurent, il l’aide à fonder la maison de couture du même nom. Il est aujourd’hui président de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, reconnue d’utilité publique en 2002, dont les missions sont la conservation de l’œuvre d’Yves Saint Laurent, l’organisation d’expositions et le soutien d’activités culturelles et éducatives.

  De 1977 à 1981, il dirige le théâtre de l’Athénée puis préside l’Opéra Bastille de 1988 à 1993, année où il est nommé « ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO ». Soutien médiatique et financier du Parti socialiste, il est également un militant qui soutient la cause homosexuelle et la lutte contre le sida, cofondateur de l’association Sidaction dont il est aujourd’hui président. Il était propriétaire du magazine Têtu jusqu’en janvier 2013. En 2010, il prend le contrôle du quotidien Le Monde, conjointement avec Xavier Niel et Matthieu Pigasse, au travers d’une recapitalisation du groupe.

  Pierre Bergé est, enfin, l’auteur de plusieurs essais consacrés à Yves Saint Laurent, ainsi qu’à la liberté et aux valeurs républicaines. Évoquons notamment Liberté, j’écris ton nom, de 1991, Inventaire Mitterrand, de 2001, Les jours s’en vont je demeure, de 2003, et Lettres à Yves, de 2008. Il se définit politiquement comme un « démocrate rooseveltien ».

Continuer la lecture de « Entretien avec Pierre Bergé, pour la revue « Arguments » »