Entretien avec Deirdre McCloskey, pour le journal « Man and the Economy »–version francophone

  Cette entrevue a été publiée, en anglais, par le journal Man and the Economy, dans leur édition de juin 2017, et mise en ligne sur leur site web dès décembre 2016.

  Deirdre Nansen McCloskey a enseigné l’économie, l’histoire, l’anglais et la communication à l’université d’Illinois à Chicago de 2000 à 2005. Economiste, historienne et rhétoricienne réputée, elle a écrit 17 livres et environ 400 publications académiques sur des sujets divers et variés allant de l’économie technique et la théorie statistique à la promotion du transgenre et l’éthique des vertus bourgeoises. Elle est connue en tant qu’économiste « conservatrice » de l’école de Chicago (où elle a enseigné dans les Facultés d’Économie et d’Histoire de 1968 à 1980), mais se présente en tant que « femme du Midwest lettrée, adepte de la théorie quantitative, postmoderne, épiscopalienne progressiste et adepte du libre marché. Et non « conservatrice » ! Je suis une libertarienne chrétienne. »

  Son dernier livre (sorti en mai 2016 aux presses de l’Université de Chicago) s’intitule L’Égalité bourgeoise: comment les idées, et non le capital ou les institutions, ont enrichi le monde (Bourgeois Equality: How Ideas, Not Capital or Institutions, Enriched the World) et donne une explication fondée sur les idées quant à la forte élévation des standards de vie de 1800 à nos jours. Les accidents de la Réforme et de la Révolte en Europe du nord-ouest de 1517 à 1789 menèrent à une nouvelle forme de liberté et de dignité pour les citoyens – via la diffusion d’idées appelées « libérales » – qui provoquèrent ensuite l’explosion de la hausse des standards de vie par la voie du commerce dès lors « libéré ».

  Son livre précédent, appartenant à une même trilogie et intitulé La dignité bourgeoise : pourquoi l’économie est incapable d’expliquer le monde moderne (Bourgeois Dignity: Why Economics Can’t Explain the Modern World – 2010) démontre que les explications matérialistes telles que l’épargne et l’exploitation n’ont pas suffisamment de vigueur économique ou de pertinence historique. Le premier livre de la trilogie L’ère bourgeoise (the Bourgeois Era trilogy), Les vertus bourgeoises: l’éthique de l’ère du commerce (The Bourgeois Virtues: Ethics for an Age of Commerce – 2006), démontre que, contrairement à ce que clame le clergé à gauche comme à droite depuis 1848, la bourgeoisie a du bon et l’enrichissement par le commerce n’est pas la pire des éthiques.

Continuer la lecture de « Entretien avec Deirdre McCloskey, pour le journal « Man and the Economy »–version francophone »